Aller au contenu

Freelance au Maroc, une solution pour la hijra ?

    Dans un des tout premiers articles, je te donnais quelques pistes pour trouver un emploi au Maroc, tu te souviens ? Du coup j’avais abordé la possibilité des métiers digitaux, les métiers dit “freelance”. 

    Travailler en freelance ? Ça veut dire être indépendant. 

    En gros, tu es autonome (sans contrat de travail longue durée). Développeur, web designer, rédacteur, consultant SEO, graphiste ou illustrateur par exemple.
    Tu bosses à ton compte et tu fixes tes tarifs, tes horaires… sans patron sur le dos ! 

    Et bien sûr, un métier digital, tu le pratiques où tu veux ! Rien ne t’empêche donc de devenir freelance au Maroc… Dit comme ça, c’est le rêve, non ? 

    “Oui bah alors Soukayna, il est où le problème ? Ça a l’air sympa comme idée… ”

    Oui ça l’est ! Mais… ça n’est pas FACILE. 
    Pour en vivre convenablement, ça demande du temps et de l’expérience.
    Je vais donc essayer de te donner dans cet article tous les conseils pour réussir bi idni Llah…

    La formation est-elle indispensable pour devenir freelance ?
    Combien de temps dure une formation ?
    Devenir freelance au Maroc : le bon mindset ?
    Comment trouver des clients concrètement ?
    Faut-il un statut d’autoentrepreneur ?
    Freelance au Maroc on valide ou pas ?

    La formation est-elle indispensable pour devenir freelance ?


    Oui mais « formation » ne veut pas forcément dire enseignement payant. On retrouve beaucoup de contenu gratuit sur Youtube, OpenClassRoom ou Udemy.
    (J’ai un peu l’impression de radoter là…) 

    Il existe également des livres, parfois bien plus pratiques qu’une formation (et bien moins chers).
    Avec un bon livre, tu peux surligner des passages, faire des annotations, mettre des marque-pages et y revenir plus régulièrement.

    La formation payante (lorsqu’elle est de qualité) est un véritable raccourci aussi, surtout quand il s’agit de choses techniques.

    En fonction du métier ou de la compétence qui t’intéresse, à toi de voir ce qui est le plus cohérent et le plus accessible pour ton budget.

    e book hijra maroc

    Combien de temps dure une formation ?

    Je vais peut-être te décevoir mais elle ne s’arrête jamais. On apprend tous les jours. Soit avec de nouvelles notions, des nouveautés… Ou bien parce qu’avec l’expérience tu vas tester, trouver des raccourcis, des facilités et pratiquer aussi plus vite.

    C’est un fait et il faut l’accepter. C’est en pratiquant qu’on devient efficace.

    Tu peux commencer tes séries d’abdos demain, tu ne verras rien… Tu auras sûrement mal (si comme moi ça fait très longtemps !) et pourtant… aucun résultat.

    Beaucoup abandonnent le sport très rapidement d’ailleurs, n’est-ce pas ? Eh bien c’est pareil avec le cerveau et sa partie “artistique” (j’aime pas dire créative…), c’est du muscle et ça se travaille.

    Plus tu vas dessiner des logos, plus tu vas avoir des idées, mais aussi plus tu vas coder et plus tu vas être rapide : logique, non ?

    Devenir freelance au Maroc : le bon mindset ?

    C’est ici qu’on retrouve deux extrêmes : l’effet Dunning-Kruger et le syndrome de l’imposteur. 

    Le premier, c’est un biais cognitif (une sorte de filtre dans notre cerveau) qui fait que plus on est incompétent, plus on a tendance à surestimer nos capacités.

    De l’autre côté, nous avons le célèbre syndrome de l’imposteur comme on dit. Ça, c’est la personne qui a beau avoir lu beaucoup de livres, écouté plusieurs formations et podcasts… Elle connait beaucoup de choses, bien plus que la plupart des gens…
    Pourtant, elle n’arrive pas à se lancer et à estimer la valeur réelle de son travail.

    La solution ?

    Dans le premier cas : mets-toi à la place du client qui t’accorde sa confiance.
    Es-tu sûr de ce que tu fais ? Est-ce que tu paierais ce prix-là, toi ?
    Être en hijra n’est pas une raison légitime pour abuser sur les prix et vouloir absolument faire rentrer un max d’argent.

    On est censé devenir meilleurs et désirer le bien pour nos frères et sœurs (comme on le souhaite pour nous-même) mais il ne s’agit pas nous plus de se brader et se laisser abuser non plus !
    On cherche un juste milieu idéal pour nous et pour le client.

    Dans le deuxième cas… L’expérience, il n’y a que ça qui nous rassure sur nos capacités.


    C’est ça la règle : SE LANCER. Dans tous les cas, même l’échec te forme !
    Généralement, on ne réussit pas tout de suite, il faut être prêt à se crasher !
    Mais, quoi qu’il arrive : c’est toujours mieux que de ne jamais essayer !

    Dis-toi que c’est ok de tomber sinon à l’heure actuelle personne ne saurait marcher ni faire du vélo !
    (En grandissant, on se prend trop la tête…)



    Comment trouver des clients concrètement ?



    Il existe des plateformes de mise en relation pour commencer comme Comeup, codeur.com, etc.
    Mais… comment trouver sa place parmi tous ces profils ? Comment se démarquer ?

    Il vaut mieux te demander : Qui est mon client idéal et où est-il ?

    Je m’explique : Instagram par exemple, qui est très visuel, c’est peut-être une bonne plateforme pour des graphistes, des infographistes, tous ces talents-là.
    On aime, on like, on suit… Un jour si on a besoin : on demande le tarif.
    Pour la rédaction web par contre, je doute que ce soit une plateforme hyper efficace…
    (sauf pour te faire un réseau de rédacteur, mais moins pour trouver de bons clients)

    En fait, tu n’as pas vraiment le choix : pour trouver des clients, il te faudra démarcher et conseiller en privé.

    Apporter de la valeur et démontrer ton expertise.

    Tu vois que ce site pourrait améliorer son SEO ? Contacte-les directement pour les avertir que tu peux les aider et leur expliquer comment tu vas les aider.

    Tu vois qu’un logo n’est pas très représentatif ? Explique à la personne (sans la vexer, attention) que tu pourrais améliorer l’image de marque de son entreprise et lui faire une charte graphique en lui expliquant pourquoi c’est nécessaire et ce qu’elle y gagnera.

    En gros, il ne faut pas rester passivement sur sa page et attendre qu’on frappe à ta porte.
    Il faut démarcher et ne pas hésiter à relancer plusieurs fois.
    Ne mise pas tout sur les réseaux : le gros du travail, c’est en privé, par mail ou messagerie.

    Tu peux également choisir de collaborer avec une agence de marketing digital pour quelques missions. Là aussi, de toute façon, il te faudra prospecter.


    Faut-il un statut d’autoentrepreneur ?


    Normalement oui.

    Le statut autoentrepreneur au Maroc te coutera entre 0,5 % et 1 % de tes revenus. En France, c’est plus de 20 %… 

    Je crois qu’on est le pays le plus taxé au monde… Bref si tu as une carte de séjour ou la double nationalité, fonce…!



    Donc freelance au Maroc : on valide ou pas ?



    Bien sûr ! Mais ne faut pas être trop pressé. Garde en tête que : 

    • Au départ, tu ne seras certainement pas rentable
    • Tu devras charbonner 💪 et démarcher
    • Tu seras sûrement contraint de diminuer (un peu !) tes prix au début et les augmenter petit à petit
    • Il faudra te former sans arrêt pour rester à la page et améliorer toujours plus ton expertise 
    • Tout ça, c’est beaucoup de travail au départ… puis avec le bouche-à-oreille et les recommandations de tes clients satisfaits, tu auras de moins en moins besoin de démarcher. Tu pourras ainsi augmenter tes tarifs avec ton expérience et tes résultats.

    J’espère que cet article t’aura été utile ! En tout cas moi, j’ai été ravie de l’écrire.
    Je t’encourage à te lancer et ne pas avoir peur de te ramasser.
    Beaucoup de du3a et alhamduliLlah 3la kulli hal !

    Ps 1 (pour mes sœurs) : si tu n’es pas dans un cas de force majeure, pense à ta famille et ton foyer avant toute chose. Trouve un juste milieu.
    Travailler ça fait du bien, apprendre de nouvelles choses nous stimule et nous sort de notre routine.
    Devenir freelance au Maroc peut être un réel bénéfice pour ton foyer, si tu es plus épanouie. Mais fais quand même très attention… Shaytan nous attend à la moindre opportunité.
    La recherche de la subsistance n’est pas notre rôle principal… 🌺

    Ps 2 (pour tous) : Si tu souhaites te former à la création de sites internet (site vitrine et e-commerce avec WordPress) mais aussi apprendre les bases du marketing (qui te seront indispensables quoi que tu fasses !), je connais une formation au top pour toi. Tu peux la financer avec du CPF, ou bien en ouvrant un statut auto-entrepreneur en France. Pour en savoir plus, remplis ce formulaire et tu seras rapidement recontacté(e) in chaa Allah.

    Qu’Allah te préserve, à très vite in chaa Allah.
    Alors freelance au Maroc : ça te tente ?
    Tu peux laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir !

    Soukayna 🖋

    2 commentaires sur “Freelance au Maroc, une solution pour la hijra ?”

    1. Salam Alaykoum,
      Super article ! Je viens de me lancer en tant que freelance webdesign et je souhaite faire ma hijra au Maroc insha’Allah.
      Je pense que travailler avec des clients « français » peut être très intéressant au vu du taux de change €/dirham car je ne me vois pas demander le même prix à quelqu’un qui habite au Maroc, il me reste encore beaucoup de choses à apprendre, merci pour cet article !
      Baaraka’Allahou fik

      1. Wa 3leykum salam wa rahmatuLlah,
        Wa fik baaraka Allah.

        Oui effectivement, c’est vrai ! C’est plus intéressant de facturer en France 👌
        Merci à toi pour ton retour, qu’Allah te facilite et t’accorde la réussite dans ta hijra comme dans ton activité !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *