Aller au contenu

7 conseils pour vivre au Maroc (in chaa Allah)

    Vivre au Maroc fait rêver. Que ce soit pour la hijra, pour le travail ou simplement pour vivre au soleil, de plus en plus de ressortissants européens partent s’installer au royaume chérifien. Cependant, même si les vacances au Maroc sont agréables, y vivre à l’année, c’est un chouïa différent. Avec ces quelques modestes conseils, nous espérons faciliter ton adaptation dans ce pays si accueillant.

    hijra conseil maroc

    Apprendre le Darija
    Avoir un réseau d’expatriés
    Bien choisir sa ville
    Se renseigner au préalable
    Partir avec un projet de vie au Maroc
    Ne pas comparer les dirhams avec les euros !
    Restez patient et ouvert d’esprit

    Apprendre le Darija

    Il est vrai que beaucoup de Marocains comprennent le français (au moins les notions). Tu peux aussi penser «  Apprendre l’arabe littéraire, c’est plus important  » et tu n’as pas forcément tort ! Mais du coup, parler le dialecte marocain, ça sert à quoi alors ? 

    • Ne plus sembler être en vacances et négocier à l’aise au souk
    • Ne plus passer pour un(e) touriste ou un(e) immigré(e) syrien(ne) ! 
    • Se sentir bien et ne plus stresser à l’idée de rencontrer des voisins et de “devoir parler”
    • T’ouvrir aux autres, à une nouvelle culture, à une nouvelle façon de penser et de vivre
    • Faciliter tout simplement ton adaptation de manière générale

    Tu as compris : Maîtriser le darija, c’est utile pour oser aller à la rencontre de l’autre, de tes voisins, des commerçants, et de tous ceux qui t’entourent. Tout le monde parle le dialecte ici, mais ce n’est pas le cas pour le français, ni même l’arabe littéraire.

    Les Marocains apprécieront et seront ravis de t’apprendre de nouveaux mots. Beaucoup d’expatriés ne connaissent toujours pas le darija et vraiment, pour l’intégration dans ta terre d’accueil, c’est un atout remarquable.
    Pour en savoir plus sur les façons d’apprendre le dialecte marocain, lis cet article.

    Avoir un “réseau” d’expatriés

    Ce n’est pas obligatoire, mais c’est une aide. Nombreux sont les groupes Whatsapp, Signal, Telegram ou encore Facebook que tu peux intégrer afin de trouver des informations pour ta future installation. Marrakech, Témara, Rabat, Tanger, Agadir ou encore Oujda : tu trouveras certainement un groupe correspondant à ta recherche.

    Le seul point négatif ? Le gaspillage incalculable de temps sur toutes ces plateformes ! Rares sont celles et ceux qui arrivent à contrôler le temps passé sur les réseaux sociaux.

    Nous te proposons donc également ici un tchat accessible à tous, afin d’échanger en direct avec d’autres personnes sur place ou dans le même cas que toi. Tu trouveras deux serveurs : un général et un réservé uniquement aux femmes et plusieurs salons, en fonction des villes.

    Pour celles et ceux qui n’aiment pas recevoir des centaines de notifications et adhérer à des dizaines de groupes, ou qui souhaitent entamer une petite détox Facebook : un tchat unique peut être une bonne alternative pour préparer ta nouvelle vie au Maroc !

    En intégrant la plateforme, tu auras accès à tout ce qui a été déjà dit ou partagé avant ton arrivée, ce qui évite de reposer toujours les mêmes questions.

    Bien choisir sa ville

    Si tu n’as pas eu l’occasion de faire du repérage, ce n’est pas grave : tu peux facilement te renseigner à l’aide de ton nouveau “réseau”.

    Pose-toi les bonnes questions : quel est le plus important pour toi ? Habiter proche de la frontière espagnole afin de sortir aisément tous les 3 mois ? Vivre proche de ta famille ou belle-famille ? Être dans une grande ville pour décrocher un contrat de travail plus facilement ? Le climat ? L’école des enfants ? 

    Sache qu’il y a certaines villes qui sont plus chères que d’autres. Tu trouveras sur ce site une idée du coût de la vie au Maroc en fonction des villes.

    (Nous nous désavouons de ce qui n’est pas conforme à notre religion)

    Les villes côtières (Tanger, Casablanca, Rabat, Mohammedia, Essaouira …) sont très humides et ce climat ne convient pas à tout le monde. Les villes comme Marrakech au contraire sont très difficiles à supporter en été. Tu trouveras de nombreux renseignements in chaa Allah soit par ton réseau, soit à l’occasion d’autres articles sur le site in chaa Allah.

    Se renseigner au préalable

    Qu’il s’agisse des papiers administratifs, des écoles ou du travail, plus tu auras de renseignements, plus tu seras capable d’anticiper ta nouvelle vie au Maroc. On peut passer des vacances de “repérage” afin de visiter plusieurs villes, de visualiser l’environnement, les quartiers… Mais ce n’est pas donné à tout le monde.

    C’est le but de ce site : faciliter l’accès aux informations. N’hésite donc pas à nous contacter si tu as des questions ou des suggestions de futurs sujets à aborder.

    Par exemple, si tu te renseignes sur la carte de séjour et les démarches à effectuer au préalable, tu pourras préparer un maximum de papiers avant de venir pour éviter de… (disons-le franchement) GALÉRER !

    Partir avec un projet de vie au Maroc

    Tu peux tout aussi bien réussir sans, nous sommes d’accord. Ici, nous parlons de causes qui facilitent in chaa Allah. Si tu es motivé(e), oui, tu peux arriver sur place et aller prospecter dans les écoles locales ou en ligne, ou encore les call-centers : tu y trouveras certainement du travail (in chaa Allah).

    Tu peux aussi d’ores et déjà ouvrir un compte LinkedIn et suivre les offres d’emplois existantes dans la ville que tu vises.

    L’idéal est d’avoir une compétence artisanale (cuisine, pâtisserie, coiffure, photographie…) et de pouvoir s’installer à son compte en tant qu’auto-entrepreneur.

    Mais avoir un projet digital, c’est aussi accessible à tous, avec peu de budget ! Si tu montes ton business en ligne, tu pourras donc l’emporter partout. Tu peux devenir freelance au Maroc (graphiste, rédacteur web, webmaster ou autre…)

    Tu peux aussi te lancer sur Amazon ou encore dans l’immobilier…
    Comme tu peux le constater, les possibilités ne manquent pas ! Alhamdu liLlah! 

    Nous aurons l’occasion d’en reparler dans un prochain article in chaa Allah : il y a beaucoup à dire !

    Ne pas comparer les dirhams avec les euros

    Aaah oui ! Sinon tes économies risquent de fondre… à vue d’œil !

    1 dirham le pain ne représente même pas 10 centimes d’euros. Tu pourrais vite penser que rien n’est cher. Pareil pour les fruits et légumes. En somme, si tu réfléchis comme ça, tu consommes « comme un touriste ».

    Il faut savoir que les supermarchés comme Carrefour ou Marjane sont plutôt chers de manière générale. À moins d’acheter en gros ou en promotion. Le rayon vêtement peut parfois être intéressant, mais le reste des produits est souvent vendu à un prix plus élevé qu’ailleurs.

    Pour faire des économies, rien de mieux que le souk. Si tu as besoin de te rendre en magasin (difficile de se débarrasser de nos habitudes occidentales !), tu as les supérettes BIM qui sont très abordables avec des offres à la semaine (un peu comme chez LIDL).

    En gros, essaye au maximum de consommer comme un(e) marocain(e).

    ⚠ Exceptions pour les produits laitiers (lait, yaourts ou beurre) : pour éviter les mauvaises surprises, achète-les de préférence en grande surface pour le respect de la chaîne du froid et tout ça…

    Mise à jour 25/01/2022 : Marjane propose ses propres produits (tout comme BIM) à des prix plus attractifs. Elle possède à ce jour deux marques : Marjane et Fayz (plus discount). Parfois les produits proviennent du Maroc (comme le thon ci-dessous) ou parfois, ils sont importés (céréales françaises).

    Petite astuce pour se repérer au début : garde les prospectus de chez Carrefour ou Marjane pour te faire une idées des prix. Lorsque tu vas au souk, tu devrais trouver les fruits et les légumes moins chers que sur la publicité. (C’est valable pour à peu près tout)

    e book hijra maroc

    Rester patient et ouvert d’esprit 

    Les Marocains sont très accueillants. Ils aiment beaucoup faire découvrir leur pays et savent très bien honorer leurs hôtes (thé à la menthe, couscous ou tajine, miam !)

    Le hic, c’est qu’avec notre éducation occidentale, nous n’avons pas du tout les mêmes codes sociaux. Certaines choses peuvent vraiment choquer, mais nous devons nous adapter et patienter. Nous ne devons pas oublier que nous sommes des invités.

    Quelques exemples de choses qui peuvent fortement déranger :

    • Le fait qu’on te passe “normalement” devant chez le hanout (l’épicier)
    • Le fait de ne pas te laisser passer quand tu veux traverser (même si tu es accompagné(e) de tes enfants). Si la voiture estime qu’elle “a le temps de passer” et bien, elle passe tout simplement ! Ici, il faudra traverser, t’imposer en faisant un signe pour remercier et forcer le conducteur à ralentir.
    • La saleté de l’environnement. Parcs, plages, rues… Malgré les progrès, la conscience écologique n’est pas encore ancrée chez tous les Marocains.

    Mais attention, il ne faut pas s’attarder sur les mauvais comportements et garder en tête que nous ne sommes pas forcément meilleurs…

    Bien au contraire, les Marocains sont souvent prêts à aider et très attentifs aux autres : on ne manquera sûrement pas de te faire remarquer que bébé prend le soleil dans sa poussette !

    Partage ces conseils si tu penses qu’ils peuvent être utiles.

    Tu peux ajouter d’autres conseils en commentaire juste en dessous.

    Salam 3leykum, qu’Allah te préserve.


    Soukayna 🖋

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *